NO

10 raisons pour refuser le socialisme (En anglais)

« Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément recherché »
« Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres. »

Margaret Thatcher


« Plus on se penche sur la question, et plus il apparaît que la redistribution, plutôt qu’un transfert de revenu disponible des riches vers les pauvres, comme on le pensait, est en réalité une redistribution de pouvoir de l’individu à l’État. »
Bertrand de Jouvenel


« Le socialisme, c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte mais toujours continue aux principes mêmes de la propriété individuelle ; c’est une défiance profonde de la liberté, de la raison humaine ; c’est un profond mépris pour l’individu pris en lui-même, à l’état d’homme ; ce qui caractérise [les systèmes qui portent le nom de socialisme], c’est une tentative continue, variée, incessante, pour mutiler, pour écourter, pour gêner la liberté humaine de toutes les manières ; c’est l’idée que l’État ne doit pas seulement être le directeur de la société, mais doit être, pour ainsi dire, le maître de chaque homme – que dis-je ! son maître, son précepteur, son pédagogue ; que de peur de le laisser faillir, il doit se placer sans cesse à côté de lui, au-dessus de lui, autour de lui, pour le guider, le garantir, le retenir, le maintenir ; en un mot, c’est la confiscation de la liberté humaine. À ce point que si en définitive j’avais à trouver une formule générale pour exprimer ce que m’apparaît être le socialisme dans son ensemble, je dirais que c’est une nouvelle formule de la servitude… »
Alexis de Tocqueville


« Un socialiste, c’est quelqu’un qui a lu Marx. Un libéral, c’est quelqu’un qui l’a compris »
Ronald Reagan


« Le socialisme, tyrannie extrême des médiocres et des sots, des esprits superficiels, des jaloux… »
« Le socialisme est le fantastique frère cadet du despotisme presque défunt, dont il veut recueillir l’héritage ; ses efforts sont donc, au sens le plus profond, réactionnaires. Car il désire une plénitude de puissance de l’État telle que le despotisme seul ne l’a jamais eue, il dépasse même tout ce que montre le passé, car il travaille à l’anéantissement formel de l’individu : c’est que celui-ci lui apparaît comme un luxe injustifiable de la nature, qui doit être par lui corrigé en un organe utile de la communauté. »
Nietzsche


« Sur le plan des croyances, pour beau­coup de gens, le socialisme a rem­pla­cé de fait le christianisme, l’État a rem­pla­cé l’Église, la lé­gis­la­tion la théo­lo­gie, le mode de pen­sée éta­tique le mode de pen­sée ec­clé­sias­tique. »
Dal­ma­cio Negro Pavón